Artiste contemporain

Rayou Dominique

Sculpture
France
1957

-

Né en 1957 à Bordeaux, autodidacte, sculpte le marbre depuis 1980. L’homme sensible à cette matière communique avec elle et à travers elle… Dominique RAYOU dans une carrière, est présent du lever au coucher du soleil, il observe, l’œil rivé pénétrant sa matière.

Biographie

Né en 1957 à Bordeaux, autodidacte, sculpte le marbre depuis 1980. L’homme sensible à cette matière communique avec elle et à travers elle… Dominique RAYOU dans une carrière, est présent du lever au coucher du soleil, il observe, l’œil rivé pénétrant sa matière.

 

Son esprit guide sa main. Son burin caresse déjà le marbre telle l’aiguille du cadran solaire imprimant l’ombre sur la lumière. Il sait en choisissant son bloc comment il révélera la richesse de la matière par la naissance d’une forme, d’une surface, d’une peau. La lumière à nouveau dévoilera convergences, rêves, vibrations, intersections, métamorphoses
L’œuvre de RAYOU est dans de nombreuses collections publiques :
Ambassade de France en Autriche 1986 | Ville de Sarlat 1991 | Hôtel de région midi Pyrénées 1992 | Musée d’art moderne de la ville de Toulouse 1992 | Fondation 15 square de Vergennes 2003 | Fondation Het Depot (Pays bas) 2004, 2005, 2012 | Musée d’art moderne de la ville de Tunis 2007 | Conseil général de la Dordogne 2007 | Conseil général de l’Eure 2010.

 

Au-delà du registre métaphorique du fruit défendu, des formes féminines à croquer, les sculptures de Dominique RAYOU nous parlent de maturation, de transformation.

Partant de l’analogie entre les contours d’un fruit et la silhouette d’un corps, Dominique Rayou se concentre sur l’émergence de la forme humaine sous une surface donnée. Dans des œuvres antérieures, le corps rencontrait une surface élastique, ici, la rencontre a lieu sous la peau du fruit ou dans la morsure de sa chair. L’artiste veut saisir cet instant où un corps semble jaillir de la matière dans un double travail formel.

 

Dans cet entre-deux mi-corps, mi-fruit, l’artiste instaure un dialogue entre les formes, les surfaces, les textures. C’est le jeu entre le fini réaliste, le lisse sensuel de la sculpture peaufinée, et l’ébauche, l’aspect brut de l’œuvre en devenir, qu’évoquent les coups de dents donnés dans le fruit que l’on croque.
De ces deux matières du vivant, Dominique Rayou écrit des histoires entre inanimé et animé, entre unicité d’un côté et « part pour le tout » de l’autre. Dans PEAU de CHAGRIN, tandis que la forme du corps prend vie sous nos yeux, celle de la poire est en train de disparaître. L’artiste travaille deux sortes de vides : le vide réaliste laissé par la poire entière devenue trognon et le vide imaginaire de ce morceau de corps qui ne peut pas être là.

 

C’est dans cette oscillation entre réalisme de la nature morte et part d’imaginaire des corps évanescents que réside la poésie des œuvres de Dominique Rayou.

 

Anne Dargenton

Oeuvres

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez vous à notre Newsletter. Soyez les premiers informés des dernières actualités d’In Arte Veritas ! Vous recevrez également les invitations aux vernissages et aux expositions.

Vous avez été inscrit avec succès !