Artiste contemporain

Criquet Francky

Peinture
France
1968

-

Francky Criquet est un peintre et sculpteur autodidacte. Ses toiles, peuplées de créatures fantasmagoriques aux couleurs franches et pures, sondent l’inconscient collectif en empruntant symboles culturels et allégories équivoques. Un Art brut, instinctif, puissant.

Biographie

Tour à tour sculpteur et peintre, Francky Criquet est un artiste autodidacte dont les réalisations sont le produit d’une pure impulsion artistique.

Né d’un père Martiniquais et d’une mère Normande le 19 septembre 1968 à La Flèche (Sarthe), il est issu d’une longue lignée de ferrailleurs-brocanteurs.

 

Le contexte familial favorisant son affection pour les objets d’art avec qui il cohabite au quotidien fait naturellement naître en lui le désir de dessiner, de peindre et de modeler dès son plus jeune âge. Exploitant divers moyens d’expression avec un grand talent précoce, il réalise en 1978 (il a alors seulement dix ans) une première fresque murale pour son école primaire. Deux ans plus tard, il en réalise une seconde pour son collège et gagne le premier prix du concours de la Jeune Peinture organisé par la ville du Mans et voit ses dessins exposés à la mairie de la Flèche.

 

A ses dix huit ans, après avoir fait ses armes sur le chantier familial en restaurant et retouchant gravures comme peintures, il se rend à de nombreux marchés et salons d’antiquaires, sur lesquels il vend ses propres découvertes et propose ses services de restaurateur de tableaux anciens.

Ses heures perdues sont consacrées à l’écriture (poésie, nouvelles…), au théâtre, et à sa propre pratique artistique : dessin, peinture, sculpture en céramique. Ses oeuvres sont l’objet de plusieurs expositions à Nantes.

 

En 1995, Francky Criquet part pour l’Andalousie, où il travaille dans l’atelier de Julio Fernandez Ceballos Montalban, qui devient son maître de peinture. Après un an d’apprentissage il débarque en Angleterre et y réalisera plus de trois cents tableaux qui seront vendus plus tard aux États Unis.

De retour en France, dans le Maine et Loire à la fin de l’année 1996, il s’investit dans les travaux d’architecture et de réhabilitation de l’espace troglodyte dont il a conçu l’aménagement. En parallèle l’artiste continue de peindre et d’exposer dans plusieurs grandes villes française (Paris, Lyon et Marseille).

Si la fièvre créative l’anime au quotidien, en devenant une part incontournable de sa vie, elle est également ponctuée de présentations au public, aux amateurs et collectionneurs.

 

Oeuvrant dans un atelier troglodytique, comme un écho à la dimension introspective de son art, le peintre compose un univers peuplé de créatures chimériques, mi-animales, mi-humaines, liées à la mythologie et à la culture païenne archaïque  (minotaures, taureaux, les pégases, les centaures), évoluant dans un univers constaté par de larges cernes noirs et rehaussé d’une palette de couleurs crues, brutes.

 

Dans ses toiles, le geste est libéré, et fait apparaître des silhouettes aux formes fluides, imbriquées les unes dans les autres, à l’image de « Plus de Peinture que de souvenirs », (un diptyque dont la composition ne sera pas sans vous évoquer le célèbre Guernica de Pablo Picasso). Les titres de ses oeuvres, souvent sous forme de phrases ou d’expressions, apparaissent aussi évocateurs qu’énigmatiques, de sorte qu’ils témoignent du cheminement intérieur du peintre et de la l’aspect cathartique de son art.

 

Dès 2003, des expositions sont organisées par ses galeristes au Brésil, à l’Ambassade de France à Sao Paulo; mais aussi conjointement aux Pays Bas à Megen ainsi qu’en Italie. L’année suivante, ses œuvres sont montrées à New York et à Miami. De 2005 à 2008, il expose régulièrement en Chine, notamment à Shanghaï, à Pékin et à HangZhou. En 2010, ses oeuvres sont également visibles à Rome, à Montefalco et à Brescia (Italie). Puis en 2013, les Archives Yves Klein lui consacrent une exposition présentant céramiques et toiles. Francky Criquet y parlait de son art avec passion:

 

« Radicalement je peins. C’est absolu. Je peins. La peinture ne devient pas et ne sera jamais littéraire. Le peintre s’orne de couleurs tel une offrande. Dans son unique idéal, l’idée de l’art est sacrée. C’est donc en parfait amour et en parfaite peine qu’en artiste rigoureux, je peins. Mon talent est formel et ne veut apporter aucune contribution à la tradition légitime que les ateliers d’art veulent transmettre. Je suis un pur autodidacte, avec ses tendances bien sûr, et parfois certaines influences…. Mais si déformations il y a, je ne tiens mon art d’aucun héritage et je le proclame avec un dilettantisme vainqueur… »

Francky Criquet

Oeuvres

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez vous à notre Newsletter. Soyez les premiers informés des dernières actualités d’In Arte Veritas ! Vous recevrez également les invitations aux vernissages et aux expositions.

Vous avez été inscrit avec succès !